La lettre à Helga

Photo du 33403861-02- à 09En Islande, dans le petit village de Kolkustadir, le vieux Bjarni sent que la fin de sa vie arrive. Il ne veut pas quitter ce monde sans répondre à la  lettre que lui envoya un jour Helga, la seule femme qu’il ait jamais aimée.

Prenant la plume, il passe en revue sa vie et ses souvenirs : son métier de contrôleur de fourrage, l’importance de son élevage de moutons, la stérilité de sa femme et la douleur de celle-ci à l’idée de n’avoir jamais d’enfant, et enfin son attirance pour Helga, la femme de la ferme d’à-côté, si épanouie et vivante.

A travers son regard, on découvre la vie âpre que menaient, au milieu de XXème siècle, les Islandais des campagnes, dépourvus de presque tout. Ils devaient à chaque instant faire preuve d’ingéniosité pour améliorer leur quotidien et tenter de vivre mieux. Avec détachement et humour, Bjarni raconte les épisodes marquants de son passé et le lecteur se régale de ce récit savoureux, sensuel et sincère.

Sur le tas de foin, ton corps palpitait et tremblait sous le mien. C’était comme toucher du doigt la vie elle-même. Tu gémissais si fort qu’on pouvait craindre que cela s’entende jusqu’à la ferm, mais je m’en foutais complètement. Ça m’était absolument égal que tous les habitants du canton de Hörga viennent à la porte, salivant des babines, voir de leurs propres yeux comment on s’y prenait, là, dans le foin. Tes seins frémissaient comme si de blanches vagues déferlaient sous ta peau. Je n’avais rien vu de si beau. Et j’avais attendu si longtemps pour le voir.

Peu à peu, le lecteur comprend aussi pourquoi l’amour entre Helga et lui était impossible et à quel point chacun en a souffert.

[…] je compris que le mal, dans cette vie, ce n’étaient pas les échardes acérées qui vous piquent et vous blessent, mais le doux appel de l’amour auquel on fait la sourde oreille […]

Dans sa version audio, ce livre est lu par Rufus et je dois dire que je n’ai pas été sensible à sa façon de s’emparer du texte.

Par contre, j’ai goûté chaque mot de cette confession amoureuse d’un homme simple qui, parce qu’il sent qu’il appartient autant à la terre que ses brebis, les montagnes qui l’entourent ou la pierre sur laquelle son pied trébuche, décide de sacrifier l’amour de sa vie pour ne pas se renier lui-même. Un texte fort et dépouillé, à l’image du pays où il a été écrit.

L’avis de Jérôme qui a servi de déclencheur à mon envie de lire ce texte.

La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson, édité chez Zulma et disponible en audio chez Audiolib, lu par Rufus (2h54 d’écoute).

Capture d’écran 2014-01-08 à 13.44.07

24 réflexions sur “ La lettre à Helga ”

  1. Tout à fait d’accord avec toi sur l’analyse de la personnalité de Bjarni. J’ai lu ce livre de la même façon que toi. En revanche, j’ai bien aimé la voix de Rufus et sa façon de lire le texte.

  2. Il faudrait que je le relise pour écrire un billet mais (re)lire par « obligation » et par non pas plaisir est contraire à mes idées:)

  3. Je n’aurais pas apprécié que l’on me lise cette histoire que j’ai tant aimée. « Un texte fort et dépouillé » et magnifique !

    1. @ Aifelle : Jérôme avait ouvert le tir avec un billet très enthousiaste, c’est vrai. Ensuite sont venus les billets plus tièdes. Pour ma part, ça a été une belle rencontre. J’ai trouvé cet homme émouvant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s