Les heures pâles

Si la musique est bonne et que je ne danse pas, soit j’ai la grippe, soit je viens d’apprendre que mon père a une double vie.

Les heures pâles, de Gabriel Robinson, est l’évocation d’un père par son fils, à l’heure où celui-ci dévoile une facette inattendue de sa personnalité. Le jeune homme cherche à comprendre comment, et surtout pourquoi, son père a pendant plus de vingt ans vécu en parallèle une autre histoire d’amour et élevé une autre enfant.

P1040756Flic solide, le père de famille qu’on croyait responsable a des problèmes cardiaques et ce n’est peut-être pas tout à fait un hasard si cet homme tiraillé entre deux vies a mal au cœur. Sa femme est littéralement rendue folle de douleur. Elle ne veut entendre ni les raisons de son mari ni sa propre responsabilité dans cette implosion. Chez son fils ainé, c’est la curiosité qui prédomine. Il est presque impatient de rencontrer cette sœur qui lui tombe du ciel alors qu’elle a déjà dix-huit ans. Journaliste dans l’âme, il va aborder la vie de son père comme il commence une enquête. Mais il ne trouvera pas forcément les réponses à ses questions.

C’est Yv qui a récemment parlé de ce roman. Si comme lui, je reconnais de réelles qualités d’écriture à l’auteur, je n’ai pourtant pas été séduite par cette histoire. Je l’ai trouvée un peu décousue. Alors que je m’attendais à une sorte d’investigation menée par le fils sur la vie de son père, je n’ai eu que l’esquisse en demi-teintes d’un homme qui n’a pas su choisir et qui doit donc souffrir deux fois plus…

Il y a de belles choses, des promesses, des images poétiques, dans cette histoire, mais il y manque aussi des éléments pour que je sois aussi emballée que mon confrère de blog!

Merci Yv pour le prêt!

Les heures pâles, Gabriel Robinson, Editions Intervalles. 

12 réflexions sur “ Les heures pâles ”

  1. Un bémol donc par rapport à Yv. De toute façon, pour le moment je suis noyée sous les lectures, je verrai plus tard.

  2. Effectivement, moi j’ai beaucoup aimé, justement ce côté décousu du fils qui tente de renouer et de comprendre son père. belle écriture.

    1. @ YV : oui, belle écriture. Comme je te le disais, j’attendais quelque chose. Je l’aurais sans doute apprécié différemment si je l’avais abordé sans idée préconçue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s