Un écrivain, un vrai

2013-01-11_mGary Montaigu est l’archétype de l’écrivain américain à succès. Populaire, reconnu par ses pairs, il vient d’obtenir la consécration grâce à un prix prestigieux. Il accepte de participer à l’émission de téléréalité « Un écrivain, un vrai », durant laquelle les téléspectateurs pourront intervenir sur le déroulement de son roman en cours. Gary est en effet persuadé que la télé peut amener les gens vers la littérature et propager l’envie de lire.

Cependant, très vite, il déchante. L’irruption des caméras dans son intimité, l’obligation permanente de dévoilement, de transparence, attaquent directement les fondements de son métier et sa liberté d’auteur.

Quelques mois plus tard, on le retrouve confiné dans son bureau où il peine à écrire, où il mange et dort, loin du monde.

Formidable réflexion sur le rôle de l’artiste dans notre société contemporaine hyper-connectée, voyeuriste et superficielle, le livre de Pia Petersen nous propulse dans une fiction qui pourrait être demain très réelle. Il y a de l’humour et de la férocité dans ce récit impossible à lâcher. Si les tourments de l’écrivain sont décortiqués jusqu’à l’os, le rôle de l’épouse de Gary est également finement étudié : elle fait partie de ces gens irrésistiblement attirés par la lumière des sunlights et qui pourraient renier ce qu’ils ont de plus cher pour un quart d’heure de célébrité…

A lire absolument si l’on s’intéresse, de près ou de loin à la littérature, et plus largement à la place de l’art et de ceux qui le font, mais aussi à cette dérive de notre société où l’on ne cesse d’encenser un conformisme stupide et servile.

Un extrait que je trouve emblématique (et qui colle parfaitement à l’état d’esprit actuel)

Ce soir, le sujet tournait autour de l’idée de l’héroïsme. L’anti-héros avait fini par tuer le héros. L’homme ordinaire était le nouveau héros, le type même de la téléréalité. C’était lui maintenant qui définissait la norme de ce qui était bien ou mal. Obéissant, il disait toujours oui, il était l’homme positif, celui qui pouvait être sympa tout en étant lâche. L’acceptation était hissée au rang de l’héroïsme. Dire non poussait au débat, dire non condamnait à la marge, dire non excluait de la norme, dire non était négatif.

Un écrivain, un vrai. Pia Petersen. Actes Sud. 

Pour compléter mon billet, celui de Laurent, qui, comme toujours, a fait le tour de la question. Et celui de Clara qui avait beaucoup aimé aussi.

Petit aparté…

C’était ma première rencontre avec la plume de Pia Petersen. Je suis conquise, et comme je ne veux pas m’arrêter en si bon chemin, je suis déjà plongée dans Instinct Primaire, du même auteur, aux éditions NIL. Une lecture qui renverse tout sur son passage et donne une grande bouffée d’air frais à notre petit monde confit dans ses clichés et sa « bien-pensance ». Je vous en parle dès demain.

22 réflexions sur « Un écrivain, un vrai »

    1. @ Aifelle : Instinct Primaire est une réflexion sur la place que la femme s’accorde à elle-même dans la société. Passionnant, sans doute moins travaillé qu’un roman au niveau de l’écriture, mais percutant dans les arguments!

  1. C’est drôle, même si j’aime un écrivain, je ne pourrais pas lire deux de ses livres en suivant… Bon, je sais que celui-ci est à la bibli, je vais finir par m’y intéresser !

    1. @ Sylire : quand on découvre le parcours (semé d’embûches) de Pia Petersen, on se dit en effet qu’on a là un écrivain, un vrai. Une femme qui a décidé de dédier sa vie à l’écriture. Ce n’est pas si courant…

  2. J’ai bien aimé ce roman, sans que ce soit un coup de coeur, et j’ai apprécié aussi Le chien de Don Quichotte, plus fantaisiste, dans la collection vendredi 13…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s