De l’eau pour les éléphants

Où l’on retrouve Sylire en tentatrice professionnelle…

9782253125808-TJacob Jankowski, vieillard de quatre-vingt treize ans, use ses dernières années en maison de retraite. Sur son lit, seul et loin de sa famille, il se souvient…

Jacob, à peine vingt-trois ans, perd en quelques jours tout ce qu’il avait : ses parents meurent dans un accident, la maison hypothéquée ne lui appartient plus, et, profondément choqué, il ne parvient pas à passer le dernier examen qui lui permettrait d’être officiellement vétérinaire.

Ayant perdu tous ses repères, il prend la route, part à l’aventure. Il finit par tomber sur un cirque. Nous sommes dans les années 30. A cette époque, les cirques américains sillonnaient le pays à bord de trains interminables. Jacob parvient à se faire embaucher comme soigneur. Commence alors pour lui une véritable  épopée, au milieu des animaux sauvages, des gens du cirque, des « freaks » et des artistes. Bientôt il succombe au charme de Marlena, l’écuyère et se fait deux amis : Walter, un nain et Rosie, une éléphante.

Sara Gruen s’est beaucoup documentée. Elle réussit parfaitement à restituer l’ambiance des cirques d’autrefois et de ces années dures, où la dépression économique faisait encore sentir ses effets. Dans la poussière et les paillettes, montrant l’endroit, et surtout, l’envers du décor, elle nous fait partager l’extraordinaire vie de Jacob. Un roman captivant qui aborde un sujet original.

De l’eau pour les éléphants, Sara Gruen, Le Livre de poche.

32 réflexions sur « De l’eau pour les éléphants »

  1. Chouette tu as aimé ! Ce livre aurait eu sa place dans le challenge américain, tiens, car il évoque parfaitement bien , comme tu le soulignes, un épisode de l’histoire américaine.

  2. J’avais adoré ce livre, un thème qui ne m’attirait pourtant pas. Je ne l’ai pas lâché et ai été particulièrement conquise par la partie « western » du récit avec une course poursuite échevelée dans le train.
    On est bien loin, en effet, du clinquant et des paillettes ou même de la solidarité légendaire des gens du cirque.

    1. @ Fransoaz : l’auteur réussit à nous faire plonger dans cette époque, dans cette atmosphère particulière. C’est vrai, une fois commencé, on ne lâche plus le livre!

  3. En voila un que je ne connaissais pas et qui me tente beaucoup. Le sujet a tout pour me plaire. Dans le même genre, en beaucoup plus « trash », j’avais adoré « Un froid d’enfer » de Joe R. Lansdale.

    1. @ Jérôme : j’adore Lansdale, son écriture déjantée, ses héros barjos et cash… J’ai lu quelques Hap & Leonard mais « Un froid d’enfer », ça ne me dit rien…

  4. Le cirque c’est un domaine avec lequel j’ai du mal ( à part un film ou deux, de l’âge d’or d’ Hollywood), je crois que je vais passer mon tour….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s