Il n’y a pas d’ange

Comment ne pas songer au film de Frank Capra, La vie est belle, lorsque dès les premières pages du roman d’Anne Mulpas, on découvre cet étrange dialogue entre une jeune fille et son ange?

photo

La jeune L, on le comprend peu à peu, est dégoûtée de la vie, dégoûtée d’elle-même et des autres. Un père alcoolique, une mère femme de ménage, un grand frère parti trop loin et un autre trop proche et qui rêve de retrouver sa place d’enfant chéri. Voilà pour le décor familial. Pourtant, comme tous les enfants, elle a d’abord été une petite fille heureuse et pleine d’insouciance. Son père était son héros, sa mère son « tout ».

Un jour, pourtant, tout a dérapé. Que s’est-il passé pour qu’elle en arrive à ne plus aimer la vie?

L’ange est là pour l’aider. Il croit au pouvoir des mots. Il donne à voir à la jeune L l’envers du décor. Le XXIème siècle est passé par là et une régie céleste s’emploie à projeter les divers témoignages des protagonistes. L’ange essaie de démonter avec la jeune fille les mécanismes qui ont conduit à ce grand gâchis. Car après tout, il y a toujours deux façons de voir les choses. Le verre peut-être à moitié vide ou à moitié plein…

Parviendra-t-il à la sauver? A lui faire comprendre qu’on a le droit de se tromper et de recommencer? Que la vie, c’est fait pour ça, esquisser d’abord un brouillon, un peu sale peut-être, pour l’affiner ensuite et tenter de gommer ce qui déséquilibre les perspectives?

Original et bien mené, Il n’y a pas d’ange est un roman fort. Les mots y sonnent juste et le lecteur ne peut éprouver que de l’empathie pour cette jeune fille, enfermée dans sa solitude, ivre de désillusions et au bord du gouffre. C’est le malaise de toute une génération qu’elle crache à pleins poumons. La génération de la guerre économique, des jours sans lendemains, des paradis chimiques, et dont les parents, impuissants et résignés, sont les premiers déchets d’une crise qui n’en finit pas.

Il n’y a pas d’ange, Anne Mulpas, Exprim’.

Merci aux bibliothécaires de la médiathèque George Perros pour cette belle découverte.

14 réflexions sur “ Il n’y a pas d’ange ”

  1. Chouette, j’attends de voir cela. J’aime aussi le changement (mais pour mon blog je dois dire que pour l’instant, je reste comme cela. Peur d’y passer encore plus de temps et d’énergie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s