Rendez-vous à Sydney…

Dans ce roman, dont l’action se situe à Sydney, non loin de l’Opéra, quatre personnes, quatre trajectoires se croisent. Il y a Catherine, récemment arrivée d’Irlande et qui ne se remet pas de la mort de son frère. Il y a Ellie, une jeune femme qui s’apprête à retrouver James, son amour de jeunesse, qu’elle n’a pas revu depuis des années. Et enfin Pei Xing, d’origine chinoise et immigrée elle, aussi. Elle a survécu à la Chine maoiste et aux gardes rouges.

30156390-MDans ce quartier de Circular Quay (photo ci-dessus), ces quatre personnes vont ressentir la même chaleur, humer les mêmes embruns salés, admirer l’Opéra, coquillage blanc sur le bleu de la mer et observer la silhouette élégante du pont. Chacun a des souvenirs douloureux, un passé qui a du mal à passer. A l’issue de cette journée, certains trouveront la force d’aller de l’avant. Et d’autres pas…

Avec une plume élégante et précise, Gail Jones évoque ces quatre destins particuliers et à travers eux, son pays où l’immigration tient une place importante. Délicatement, elle introduit des échos d’une histoire à l’autre. C’est une lumière jaune, un livre – le Docteur Jivago – ou bien d’autres menus détails.

Cathulu qui m’a prêté ce roman l’avait hérissé de post-it. Moi, je n’ai retenu qu’un passage. Le voici :

James songea par la suite que la timidité en société était une manière de marquer une fausse distance derrière laquelle existait la vraie vie, celle qu’il avait découverte avec Ellie. Qui sait si toutes les vies ne se déroulaient pas ainsi : des affinités sues mais quasiment jamais exprimées, vibrantes et se déplaçant sous les rencontres et les conversations quotidiennes. Un homme croise une femme dans un couloir, échange avec elle de menus propos devant la machine à café, manifeste une scrupuleuse et austère retenue, et se rend compte par la suite qu’une espèce de code est passé entre eux. Un heureux frisson de reconnaissance qui trouve sa totale expression ainsi, seulement ainsi, quand deux visages se touchent.

Ce passage est en quelque sorte le cœur du livre, celui qui résume tout le reste.   On n’a pas si souvent l’occasion de découvrir des auteurs australiens. Ces Cinq carillons sont un bon moyen de poser un pied sur le sol de ce pays.

Photo du 61649427-12- à 17

Cinq carillons, Gail Jones, Mercure de France. 

Merci Cath! 😀 Et en prime, le billet de Clara.

13 réflexions sur “ Rendez-vous à Sydney… ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s