L’Ivraie, un café-librairie à Douarnenez

Il est des rêves qu’on ose à peine chuchoter tant on sait qu’ils ont peu de chance de se réaliser. Quand la dernière librairie de Douarnenez a fermé ses portes, j’ai pensé à L’Autre Rive, à Berrien, au Bistrot à lire à Quimper et me suis dit que ce serait drôlement chouette si un lieu semblable pouvait ouvrir à la place. Mais le climat était alors à la morosité. Les boutiques du centre-ville fermaient les unes après les autres. L’heure n’était pas aux rêves mais à la triste et banale réalité, sur fond de crise économique et de requiem pour la chose écrite…

Mais il faut croire que ce rêve, je n’étais pas seule à le faire, puisque l’Ivraie, café-librairie, vient d’ouvrir ses portes à Douarnenez.

La boutique s’appelait autrefois L’enfant Do et elle est restée en sommeil très longtemps, sous des couches de poussière… L’enseigne n’a pas encore changé mais le lieu a repris vie, grâce à Ali Saad, un homme de l’espèce des « furieusement passionnés » qui aime avant tout les mots qu’on partage. Il se dit en riant « mauvaise graine » mais ses idées germent et grandissent avec, semble-t-il, une déconcertante facilité. A l’image de cet olivier qui prend la lumière dans la vitrine et qu’on arrose, matin et soir, avec des poèmes.

Curieusement, c’est depuis Groix que l’idée de cette librairie a vogué sur la mer pour venir s’ancrer chez les Penn Sardines. Sur cette île, une autre librairie – L’écume des jours – était née en 1995. Quand sa propriétaire a décidé d’arrêter, quatre ans plus tard, Ali Saad, qui venait là en vacances, a décidé qu’un tel lieu ne pouvait pas fermer. Il a donc repris l’affaire en main, tout en continuant à avoir un pied en Bretagne, un autre à Paris, un troisième à Tunis ou Alger. Oui, cet homme a beaucoup de pieds…  😉

L’aventure a duré douze ans et n’est pas tout à fait terminée. Mais la mauvaise graine, on sait ce que c’est, ça ne tient pas en place, un petit vent et hop, ça saute dans le champ d’à coté, ça vole et ça voyage. Ça s’enracine au petit bonheur la chance, surtout dans le terreau des mots. Et c’est ainsi – parce que Douarnenez sait charmer le voyageur, que DZ peut revêtir différentes significations pour différentes personnes – que l’idée de l’Ivraie a commencé à prendre forme.

Pour le moment, le lieu n’est pas achevé. C’est un endroit lumineux, avec quelques tables et chaises disparates, un grand comptoir sur lequel on peut s’appuyer pour boire un crème gentiment servi par Pierre-Louis, tout en feuilletant un recueil de nouvelles ou de poésie. Il y a aussi un piano sur lequel le musicien de passage peut faire ses gammes et plus si affinités. Et derrière le mur couvert de livres pour enfants, une galerie dans laquelle des œuvres seront exposées.

Passionnés de mots et d’images, le nouveau libraire de Douarnenez et son coéquipier souhaitent que l’Ivraie soit un lieu d’échange et de partage. Un lieu où toutes les formes artistiques pourront s’exprimer. Des concerts, des lectures, des soirées poésies seront organisés régulièrement. Les maitres-mots seront générosité et ouverture. A terme, 7000 titres environ seront disponibles sur les rayonnages, avec une place spéciale pour la poésie.

Livre, l’ivraie, l’ivresse… trois mots imbriqués comme des poupées russes pour décupler le plaisir des lecteurs, des flâneurs, des rêveurs qui viendront s’égarer en ces lieux. Pour échanger, se réjouir, partager. Et il n’y a pas d’âge limite pour commencer…

Si vous cherchiez encore un prétexte pour venir à DZ, eh bien maintenant vous l’avez… et moi, je me réjouis et souhaite longue vie à l’Ivraie!

Edit du 8 janvier 2014

L’ivraie a déménagé au

19 rue Voltaire

dans le centre ville de Douarnenez.

09 73 65 03 73

42 réflexions sur “ L’Ivraie, un café-librairie à Douarnenez ”

  1. Le genre de lieu que l’on aimerait toutes avoir dans un rayon de 500 mètres ! Espérons que les Douarnenais (?) lui feront une place et le feront vivre. Et qui sait, j’irai peut-être y prendre un ptit café un jour.

    1. @ Aifelle : on dit les « douarnenistes »… te voilà prévenue pour ton prochain séjour! 😉 C’est vrai, on voudrait tous avoir un lieu de perdition de ce genre…

  2. Entre le micro-climat, l’eau froide qui semble chaude, et maintenant l’Ivraie, Douarnenez devient ensorcelante !!! J’y ferais bien un tour … Qui sait ??? 🙂

    1. @ Asphodèle : tu oublies dans ta liste le gang des blogueuses de l’Ouest bien sûr! Et moi en particulier… je suis vexée! Comme je le disais à Anne hier, j’ai une chambre d’amis. Venez ensemble si vous voulez! 🙂

      1. Rooh Gwen mille excuses mais le pour le « gang » ça me paraissait tellement évident !!! Tu es folle de vouloir me mettre avec Anne, on va s’écharper au bout de deux heures !!! 😆 Elle est toujours accompagnée de moinillons en délire, et de gueuses bizarres… Merci pour l’invitation, je rigooole Anne bien sûr !!!

      2. @ Asphodèle : toi, t’écharper avec Anne? Je n’y crois pas une seconde… j’imagine plutôt des fous-rires interminables et très douloureux au niveau des abdos! 😉

      3. 😀 Au niveau des côtes en ce qui me concerne !!! Je ne m’écharpe jamais ou très rarement, faut vraiment me chercher !!! 🙂

  3. Quelle belle initiative ! J’adore tous les jeux de mots qu’on peut faire avec ce nom de café-librairie ! Keisha, demande plutôt l’asile poétique en Bretagne, ç a ira peut-être plus vite pour t’accueillir ! 😉

    1. @ Anne : Je suis ravie, tu penses. J’ai déjà une liste longue comme le bras de livres à commander. Mais il va falloir que j’achète une autre bibliothèque maintenant…

      1. C’est vrai que j’adorerais rencontrer Asphodèle en vrai… à Douarnenez ou ailleurs… et c’est très intéressant de venir accompagnée, les bières de moinillons belges sont très appréciées chez vous !!

      2. Ho ho ma belge préférée, j’en ai la larme à l’oeil !!! Je viendrais avec mon Troussepinette et avec le Chouchen de Gwen, je ne sais pas dans quel état nous finirions nos soirées !!!! A méditer… 🙂

  4. Quel plaisir d’avoir des nouvelles de Douarnenez. Un bel article et qui me fait vraiment plaisir car il est vrai que le centre est devenu bien tristounet avec toutes ces boutiques fermées.

  5. Merci Gwenaëlle pour cet article très bien écrit, sensible et juste, j’arrive depuis peu à servir deux cafés à la fois, je voudrais pouvoir le faire tout en déclamant du Rimbaud mais j’ai peur de faire tourner la crème.
    Pierre-Louis
    Bienvenu à tous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s