Les deux font la paire…

Hap Collins et Leonard Pine sont les meilleurs amis du monde. Ils vivent dans l’est du Texas. Le premier est blanc et hétérosexuel. Le second, noir et gay. Et tous les deux ont l’art de se mettre – si possible ensemble – dans des situations totalement loufoques, démentes, épineuses, voire dangereuses.

Dans Savage Season, l’ex de Hap, Trudy, vient le trouver pour lui proposer une affaire juteuse. Parce qu’il y a de l’argent à la clé et aussi parce qu’il n’est pas tout à fait immunisé contre les charmes de la jeune femme, Hap accepte l’affaire et entraine Leonard avec lui. Rapidement, tous deux comprennent qu’ils sont les dindons d’une peu risible farce…

Mucho Mojo commence plus tranquillement. Enfin, si l’on peut dire… Leonard apprend qu’un vieil oncle avec lequel il s’était brouillé est mort et lui a légué sa maison. Evidemment, Hap l’accompagne aux obséques et il est également là quand Leonard commence à remettre de l’ordre dans la maison. Et là, surprise : sous le plancher véreux, les deux hommes découvrent un coffre renfermant le cadavre d’un jeune garçon ainsi que des revues pédophiles. En additionnant un et un, la police et Hap arrivent vite à la conclusion que l’oncle a tué l’enfant mais impossible pour Leonard de croire une chose pareille. Les deux amis commencent donc à fouiner pour tenter d’en savoir plus…

Enfin, dans The two-bear Mambo ( que je n’ai pas encore lu mais rien que d’entendre mon mari exploser de rire à côté de moi, je devine que je vais passer un bon moment… ) les deux hommes enquêtent pour l’avocate de Leonard, Florida, dans une ville infestée de membres du Klu-Klux-Klan. Voilà qui promet…

Amateurs de poésie, passez votre chemin. Avec Hap et Leonard, l’humour est assez… comment dire… poilu. Voire carrément sous la ceinture. On est au Texas, bordel et là-bas, on n’est pas à Pont L’Abbé, on ne fait pas dans la dentelle… Les histoires sont bien ficelées, savamment ponctuées d’un humour particulièrement corrosif et de castagnes qui sentent le vieux gant de boxe et la testostérone… Le duo fonctionne à merveille, aussi bien dans les réparties que dans les combats. Les personnages, principaux et secondaires, ont de l’épaisseur. Bref, deux héros qui ne vous donneront pas forcément envie d’aller visiter le Texas mais avec qui vous vous consolerez vite de la pluie!

Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, les aventures de Hap et Leonard sont traduites en français dans la collection Folio Policier. Vous n’aurez donc pas d’excuse pour ne pas vous précipiter à la rencontre de ces deux gugusses qui, à moins que vous ne soyez très prudes, ne vous laisseront pas insensibles… Joe R Lansdale est un auteur de polars américain à découvrir et à suivre!

Un extrait en guise d’avant-goût :

When I got to the end of the row, which only took a little less time than a trek across Egypt on a dead camel, I was dust covered and tired from trudging in the soft dirt. Leonard grinned, said, « Just wanted to know if you could loan me fifty cents. »

« You made me walk all the way her for fifty cents, I’m gonna see I can fit that cane up you ass. »

« Let me grease up first, will you? »

Lacy looked over and said « You’re docked Collins ».

« Go to hell I said ».

Lacy swallowed and walked away and didn’t look back.

« Smooth » said Leonard.

« I pride myself on diplomacy. Now telle me it isn’t fifty cents you want. »

« It isn’t fifty cents I want ».

Les enquêtes de Hap Collins et Leonard Pine, de Joe R Lansdale, chez Folio… ou aux éditions du Black Lizard… 

12 réflexions sur « Les deux font la paire… »

    1. @ Cathulu : non, apparemment, le premier roman traduit est L’abre à bouteilles, suivi du Mambo des deux ours, Bad Chili, Tape-cul… Et le tout premier écrit sur ces deux zigotos – Savage season – semble ne pas avoir été traduit. Amuse-toi bien! 😉

    1. @ Keisha : ça déchire, même! Mais moi, j’adore! Je te les recommande chaudement! 🙂 Et au fait, j’attendais ton retour pour t’envoyer Hell is empty. Il va partir dans la semaine. Veux-tu Savage Season avec? Pour voir… ???

  1. Je note pour lire en français, de préférence… je ne suis pas sûre de posséder le vocabulaire adéquat en anglais ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s