Le langage secret des fleurs

En anglais, simplement : The language of flowers…

A l’époque victorienne, en Grande-Bretagne, les fleurs étaient une manière discrète de faire passer des messages. A chaque fleur était associé une émotion, un sentiment.

De nos jours, à San Francisco, pour la jeune Victoria, tout juste dix-huit ans, elles sont surtout un moyen d’exprimer sa rage et son chagrin. Car Victoria a été abandonnée dès la petite enfance et a passé sa vie à aller d’orphelinat en orphelinat.

Mais avec l’âge de la majorité, la voilà totalement livrée à elle-même. Sans argent, sans travail et sans toit. Sa passion pour les fleurs va être à l’origine de sa rencontre avec Renata, une fleuriste qui accepte de la prendre comme assistante. L’argent qu’elle gagne lui permet de louer à peine une chambre, plutôt un cabinet sans fenêtre. Mais sa vie va prendre un tournant décisif lorsque Victoria rencontre au marché aux fleurs un jeune vendeur qui la regarde avec insistance, comme s’il la connaissait…

Le lecteur suit alors parallèlement deux histoires. Celle de Victoria aujourd’hui, comment elle parvient à surmonter les obstacles, comment elle essaie de se construire une vie, bancale certes, mais préférable à tout ce qu’elle a connu avant. Tout? Non, justement. Et c’est là la deuxième histoire. Celle d’une rencontre que Victoria a faite à l’âge de dix ans, lorsqu’elle a été placée chez Elizabeth. Dans la grande maison perdue au milieu des vignes, la petite fille, véritable chat sauvage et écorché, avait enfin trouvé un vrai foyer et ce qui ressemblait à une vraie mère. Mais… Victoria en est persuadée, elle a tout gâché. Car c’est son destin : elle ruine toujours le peu que le destin lui offre.

The language of flowers est un livre comme j’aimerais en lire plus souvent. Une histoire originale qui n’a que l’apparence de la simplicité car elle recèle au fur et à mesure des pages d’autres histoires qui touchent à ces thèmes essentiels que sont l’amour, la maternité, l’amitié, la nature… Je me suis attachée à Victoria, Elisabeth et Grant, partageant leurs doutes, leurs blessures, leur espoirs. C’est donc un livre que j’ai envie de vous recommander. Vraiment.

The language of flowers, Vanessa Diffenbaugh. 

Traduit en français aux Presses de la cité. 

33 réflexions sur « Le langage secret des fleurs »

  1. Mais alors! tu te mets à réécrire en douce sur ton blog!Je ne m’en étais pas aperçue! Il faut dire qu’entre la Lozère et Paris, je n’ai pas été souvent là aux mois de mai et de juin ! Quant au livre, c’est vrai, il me tente bien! Clara a raison, tentatrice!.

  2. Ton billet m’a donné envie de le commander (en Français, fainéante que je suis 😉 ) J’ai maintenant hâte de le commencer !

  3. Tu joues les tentatrices ! Je viens de l’acheter en ebook et stocké sur ma liseuse pour les vacances ! J’ai un peu honte de l’avouer (les librairies vont disparaître à cause de moi !) mais je trouve ce petit « outil » bien pratique pour les déplacements !

  4. Je me joins au choeur des vierges, euh des filles pour dire que tu es une méchante tentatrice car on a envie de se jeter dessus ! Mais voilà, j’ai trop de retard en LV et autres, juin sera sans achats aucun !!! 🙂 Mais je le note !

  5. Pour notre séjour en Cornouailles anglaises, j’avais fait mon « marché » chez toi pour ma liseuse très vorace… C’est le premier roman de la liste, lu sur le ferry : les six heures de traversée ont passé comme dans un rêve…

    1. @ Joelle : vous n’y étiez pas déjà allés l’année dernière, en Cornouailles? J’ai donné le livre en question à Chouchou mais curieusement, il ne l’a pas encore lu. Question de couverture sans doute… Ou de sujet. Comme si les fleurs étaient exclusivement réservées au domaine féminin…

      1. @ Joelle : larf, larf, ça y est, vous êtes devenus des parents indignes vous aussi! Depuis toujours, je dis à qui veut l’entendre que les vraies vacances, c’est quand les enfants ne sont pas là! Du coup, vous avez dû apprécier deux fois plus! 🙂

  6. Moi aussi j’ai beaucoup aime! Je sais que certains l’ont trouve leger. Ca n’a pas ete mon impression. Et tu l’as lu en anglais comme moi, encore mieux!
    J’avais trouve l’idee tres belle de communiquer par des fleurs. A lire pour ceux qui ne l’ont pas fait!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s