Eroticortex

Est-ce une fiction de qui aborde le thème de la science? Un livre de science-fiction? Le livre de Thierry Maugenest est objet littéraire étonnant qui rompt avec les codes traditionnel du récit.

Dans un futur qui nous est proche, le professeur Carrington, grand ponte des laboratoires Lanxis, découvre dans le cerveau humain l’aire de Dieu. Il lui devient alors possible de rendre les athées croyants et les croyants athées. Obsédé par ses recherches – et par sa superbe assistante Ayumi – l’homme poursuit ses recherches et s’attaque bientôt à l’aire de la bêtise puis à celle de l’amour… Voilà pour le « pitch », comme on dit…

Des savants au bord de la folie, obsédés par leur recherche, des laboratoires affamés de puissance et d’argent : rien de très nouveau sous le ciel de notre doux monde néo-capitaliste. Mais alors où est « l’étonnant » dont je parlais tout  à l’heure? Dans la forme! Car l’histoire de Carrington est racontée à travers deux canaux. D’une part des extraits de journaux, de magazines. Et d’autre part les conversations des employés de Carrington, ce que certains appelleraient Radio-Moquette ou Radio-Lavabo. Dans les toilettes, dans l’ascenseur, devant la machine à café, les conversations vont bon train et les employés commentent aussi bien les découvertes du grand manitou que ses faits et gestes…

J’ai lu ce livre pendant les vacances de Noël et je dois dire qu’aujourd’hui, il ne m’en reste pas grand-chose. C’est un livre amusant mais un peu anecdotique… Bien sûr les thèmes abordés sont intéressants. Le fait que l’histoire soit racontée par des tiers est aussi une manière de nous renvoyer à notre position de spectateurs passifs, de contemplateurs d’un monde qui se fait souvent sans nous… Il y a des réflexions intéressantes, philosophiques sur la vie, le bonheur, les sentiments et les limites mais tout est survolé, effleuré… et on sort de l’histoire aussi vite qu’on y était entré. Un livre sympathique mais pas indispensable…

Un extrait :

– Finalement, je crois que ce ne serait pas une mauvaise idée de pouvoir effacer chimiquement nos sentiments.

– Toi aussi, tu penses ça? Et pourquoi ne pas désactiver l’aire du bonheur dans le cortex, comme ça on vivrait comme des plantes!

– Tu exagères…

– Non, tu voudrais gérer ta vie alors qu’il faut la vivre, c’est à dire explorer tous les champs du possible. Chercher le bonheur, c’est aussi s’exposer à rencontrer le malheur en route. Si l’amour est si beau, c’est parce qu’il est fragile, rare, éphémère, et que le désamour existe. Si tu te débarrasses de ta souffrance, ta joie disparaitra du même coup sans que tu t’en aperçoives.

Eroticortex, Thierry Maugenest, JBZ éditions 15€

21 réflexions sur « Eroticortex »

  1. ton extrait me fait dire « waou » parce qu’il me touche en plein coeur mais ton commentaire me fait dire « mouais »…j’aime l’idée de raconter différemment, alors je l’emprunterai peut être.

  2. De cet auteur j’ai lu il y a quelques années un livre que j’avais beaucoup aimé « venise.net » (une sorte de polar historique, qui se passe en partie de nos jours). Mais je n’ai pas été tentée par ce qu’il a écrit depuis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s