Héritage

Ce livre fait partie des bonnes surprises qu’on prend parfois par hasard lors d’une tournée à la médiathèque.

Andy Larkham travaille dans une maison d’édition minuscule et peu prestigieuse, spécialisée dans les livres de développement personnel. Lorsqu’il apprend le décès d’un ancien professeur qui a longtemps été son mentor, il se rend à l’enterrement mais en raison d’une confusion, il entre dans la mauvaise chapelle. Il assiste à l’enterrement d’un parfait inconnu mais juge qu’il serait déplacé de partir en pleine cérémonie. Or, le mort, Christopher Madigan, a stipulé dans son testament que seuls les présents lors de la cérémonie pourraient hériter de lui. Voilà Andy potentiellement détenteur de 17 millions de livres sterling… 

L’arrivée de cette somme faramineuse va évidemment changer sa vie. Cédant d’abord aux paillettes et la facilité, notre Andy se disperse un peu mais heureusement un de ses amis veille sur lui. Avec le temps, le goût des excentricités s’émousse, la « vue » lui revient et une évidence s’impose à notre nouveau riche : découvrir qui était Christopher Madigan, cet original qui a préféré risquer de léguer sa fortune à de complets inconnus plutôt qu’à sa propre fille qui semble le détester cordialement…

A force d’obstination, Andy va peu à peu lever le voile sur la vie et les malheurs de cet homme étrange qui a fait fortune avec une mine de fer en Austalie et terminé sa vie reclus dans son manoir londonien…

Selon le principe de l’histoire dans l’histoire, Nicholas Shakespeare nous livre ici un roman plaisant et tragique, à la fois. Il y a des moments drôles – Andy s’inspirant des livres de développement personnel pour tenter de donner un sens à sa vie – et d’autres plus émouvants – la relation entre Christopher et sa fille… Abordant les liens d’amitié, de filiation et ceux que peuvent créer aussi tout héritage, il brode une histoire dans laquelle le lecteur entre sans peine. Et à la fin, celui-ci ne peut s’empêcher de se demander : et si c’était moi?

L’avis de Griotte

Héritage, Nicholas Shakespeare, Grasset, 20€90

31 réflexions sur « Héritage »

  1. Bonjour Gwenaelle. Visiblement une bonne surprise. Il a été lu aussi chez moi et rien n’est raconté… En tout cas, il y a parfois des découvertes qui valent vraiment le coup. A bientôt.

  2. Il fait partie de la sélection pour la rencontre littéraire de la médiathèque ce soir mais je n’ai pas réussi à mettre la main dessus malgré mon envie ! Alors j’espère le trouver ce soir, quand tout le monde ramènera normalement ses exemplaires 😉

  3. Je pensais que Shakespeare était mort… mais qui a usurpé l’héritage de William? Ah non pas Nicholas, impossible de l’arrêter, il ne sait pas lire et se lance dans la littérature…la pauvre fille qui s’est fait barboté ses revenus aurait dû faire appel à un pro pour régler son affaire…

    1. @ Wens : ah, tout de suite, les grands moyens… Sachez, cher Wens, qu’il y a parfois des moyens plus subtils pour régler une affaire qu’un pruneau dans le caisson! 😉

  4. Un livre noté, puis dépassé par des actualités plus brûlantes… qui commencent à me sortir par les yeux ! Je vais revenir aux valeurs, entendons par là des avis de lectrices « de confiance » ! 😉

  5. non mais wens, c’est tout de suite hémoglobine et zigouillage en règle…! d’ailleurs, mieux vaut ne pas le contrarier…En tout cas, ton billet est tentant, j’avais noté puis oublié ce livre, je note ! il a l’air très original.

  6. Ping: Héritage «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s