Filer droit

Cet été est l’occasion, pour moi, de lire un certain nombre de romans spécialement dédiés aux adolescents. Et depuis que j’ai commencé cette « série », je n’ai pratiquement pas été déçue. J’ai lu certains noms connus – comme La boutique jaune de Jeanne Bénameur, notamment, qui m’a fait penser à une boutique jaune*, que j’ai connue, enfant, où deux vieux vendaient des bonbons, à Montreuil – et d’autres moins connus. Mais à chaque fois, j’ai passé un très bon moment.

Filer droit, de Michael Coleman ne fait pas exception à cette règle. 

Luke Reid est un jeune délinquant multirécidiviste, qui vit dans la banlieue de Londres. Il a quinze ans et trouve grisant de voler. Voler quoi? Tout ce qui peut lui servir ou se revendre et lui permettre de gagner de l’argent. Un jour, il crochète la serrure d’un 4×4 pour voler une paire de baskets mais alors qu’il s’apprête à s’enfuir avec sa prise, il est surpris par deux caïds du quartier qui s’enfuient avec la voiture… alors que le propriétaire et sa fille Jodi arrivent dans le parking. Pris sur le fait, Luke est persuadé que cette fois, il n’échappera pas à la prison…

Le jour du jugement, on lui propose pourtant un arrangement auquel il ne s’attendait pas : passer quatre mois à servir de guide de course à Jodi, la fille du parking, qui est aveugle et souhaite participer au marathon. Tout plutôt que la prison, se dit Luke… Il n’imagine pas que cette expérience va changer sa vie…

Le titre anglais est Going straight et je vous assure que c’est ce que j’ai fait à partir du moment où j’ai ouvert ce livre. Luke est un adolescent qui suit une mauvaise pente, parce que son père a fait comme ça, parce qu’il n’a pas vraiment réfléchi et qu’il est toujours plus facile de faire le mal que le bien. Mais il n’est pas encore un cas désespéré. En fait, il est à la croisée des chemins. Il peut continuer dans cette voie ou bien décider de changer. Je me suis régalée à suivre son cheminement, à voir l’influence que Jodi avait sur lui, elle qui, malgré son handicap, est la joie de vivre personnifiée. C’est une histoire qui illustre bien cette idée : même dans les situations désespérées, on a toujours le choix…

Filer droit, Michael Coleman, DoADo Noir, Le Rouergue.

Edit de 12H00 : incroyable, après quelques recherches, je viens de voir que La Boutique Jaune de Montreuil existe toujours, rue Robespierre. La preuve en images grace à Google Street View :

Et voici la couverture du livre de Jeanne Bénameur… Il y a quelques similitudes, non?

16 réflexions sur “ Filer droit ”

    1. @ Claudialucia : de J. Benameur, je n’ai lu que Les insurrections singulières, qui m’a laissée sur ma faim et cette Boutique Jaune qui m’a replongée dans ma banlieue d’enfance. J’ai distingué des thèmes communs dans les deux romans…

    1. @ Constance : les deux explaires de M. Coleman que j’ai pris à la média m’ont bien plu. Il faut que tu tentes ta chance! Bon, ces négociations, ça avance? C’est le MEDEF tes parents ou quoi? ;-)))

  1. Incroyable la ressemblance entre TA boutique et celle de la couverture de J. Bénameur ! Il y a (heureusement) des petits livres « jeunesse » intelligents qui ne prennent pas nos ados ou pré-ados pour des buses ! je note ton « Filer droit » au cas où…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s