Mauvais genre

James Stieff, étudiant brillant, est admis à la célèbre et prestigieuse université d’Oxford. Là, il découvre d’autres méthodes de travail et une autre vie, en compagnie d’une bande d’amis, au milieu de laquelle rayonne Mark. Ce dernier, excentrique, charmeur et richissime, laisse entrevoir à James des perspectives qu’il n’aurait jamais soupçonnées.

Le titre anglais The Lessons colle davantage à l’histoire que ce Mauvais genre français… Car ce roman, qui se déroule sur deux périodes – pendant et après Oxford – est le récit d’un apprentissage. Apprentissage théorique pour James, à Oxford, parmi ses camarades mais aussi apprentissage de la vie et de l’amour pour les uns et les autres. Ce n’est pas tant la personnalité de Mark – le riche fils instable et imprévisible qu’on a déjà « croisé » ailleurs – que j’ai trouvé intéressante que celle de Jess et de James, qui sont presque antithétiques.

Jess semble avoir adopté une ligne de conduite, des objectifs et se connaître suffisamment pour s’y tenir. Elle est solide et fiable, plutôt portée vers le bien mais elle est aussi sur les rails que sa famille et la société ont posés pour elle. James, lui, est un individu creux, qui refuse de se poser la moindre question sur lui-même et ne fait que suivre. Suivre la voie tracée par sa sœur et qui le mène à Oxford. Suivre la douceur de Jess qui le prend sous son aile. Suivre l’argent de Mark, avec tout ce que cela implique de dette et de culpabilité. James, dans le fond, n’est rien ni personne et il trouve toujours de bons prétextes pour n’être pas responsable… Jusqu’au jour où la vie l’oblige enfin à se regarder en face…

Le roman de Naomi Alderman est très bien écrit et se lit quasiment d’une traite. Il dresse le portrait de personnages fouillés, dotés d’une psychologie intéressante mais aussi d’un certain milieu où le savoir, antique et sclérosé, n’est d’aucune utilité pour affronter la réalité. Il cerne aussi très bien les effets de la richesse sur les uns et les autres, entre fascination et dégoût. Et la perversité que révèle l’auteur est celle d’un système qui ne laisse la possibilité d’être soi-même que si l’on se conforme aux règles et aux traditions.

L’avis d’Ys

Merci à Dialogues Croisés 

Mauvais genre, Naomi Alderman, L’olivier, 22€

20 réflexions sur “ Mauvais genre ”

    1. @ Keisha : C’est un roman d’apprentissage intéressant. Pour les titres, on va demander à ICB de se pencher sur la question… dès qu’il en aura fini avec les 4èmes de couverture! 😉

  1. Ce livre m’a déjà accrochée chez Ys, tu confirmes donc. J’espère le trouver en bibli, ou plus tard en poche. Roman de formation, Oxford (que j’ai visitée)… tout ça m’attire énormément !

  2. La vie d’étudiant en Grande-Bretagne n’a pas fini d’engendrer des livres… à les lire, je me dis qu’on s’en tire mieux, psychologiquement parlant 🙂

  3. Je l’avais déjà remarqué rien que pour sa couverture ! Et puis, je ne peux résister à un roman se déroulant dans une université et encore moins si c’est à Oxford … j’attends donc de le trouver à la biblio (peut-être à mon retour de vacances si j’ai de la chance !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s