658

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser croire, je ne vais pas vous parler de pronostics hippiques mais d’un polar avec lequel je me suis régalée.

Si on vous demande un chiffre, au hasard, entre 0 et 1000, il y a de grandes chances que vous répondiez 36, 769 ou 492. Mark Mellery, ancien alcoolique reconverti en gourou new-age pour milliardaires névrosés, reçoit un jour une étrange missive qui lui propose ce petit jeu. Il pense à 658… et découvre dans une deuxième enveloppe que son expéditeur savait à l’avance ce qu’il allait répondre. Quelques jours plus tard, il reçoit d’autre lettres, sous forme de poèmes et comprend qu’une menace de plus en plus précise est tapie entre les lignes. Le mystérieux correspondant semble connaître quelques épisodes troubles de son passé et vouloir les lui faire payer. Affolé, il reprend contact avec un ancien camarade d’université, David Gurney, ex-super flic à la retraite.

David Gurney vit tranquillement dans une maison de campagne, près d’une petite ville des Catskill avec sa femme Madeleine. Tranquillement? En apparence seulement, car les relations avec sa femme sont compliquées et son ancien métier lui manque. La preuve, il s’amuse à retoucher des photos de grands criminels et de serial-killers et les expose dans une petite galerie des environs. Aussi, quand Mark débarque avec ses lettres anonymes, David est partagé. Il n’a pas envie de voir le fragile équilibre de sa petite vie perturbé mais, en même temps, ses moustaches de fin limier sont tout émoustillées à l’idée de suivre la piste d’un être malfaisant. Cérébral, adepte de la logique et du raisonnement, stimulé par le défi, il accepte, pour finir, de venir en aide à Mark. Mais alors les évènements se bousculent et le voilà pris dans une affaire qui prend bien vite des proportions inimaginables…

Ce polar a été une très bonne surprise. A vrai dire, ce genre d’histoire n’est pas ce qui m’attire le plus mais force est de constater que j’ai été d’emblée captivée par ce récit. L’auteur, John Verdon, un primo-romancier de bientôt soixante dix printemps, ferre le lecteur avec un mystère puis s’amuse à faire monter graduellement le suspens. Peu à peu, les épisodes se précipitent et il n’y a pas d’autre moyen d’en sortir que de tourner les pages, encore et encore, pour arriver au mot « FIN ». David Gurney qui pourrait n’être qu’une machine à chasser le serial-killer prend une épaisseur psychologique dans la description des relations compliquées qu’il a avec sa femme et avec son fils. Les flics – qu’ils soient jeunes et encore motivés ou bien vieux et roués – sont bien décrits. Quelques descriptions de paysages – notamment sous la neige – sont très évocatrices. L’ensemble est écrit avec soin et bien traduit. Bref, un bon livre qui, sur la fin, m’a même empêchée de dormir…

Les avis de Cathulu, qui l’a trouvé « confortable » et de Stephie dont l’avis est plus mitigé.

658, John Verdon, Grasset, 20€90

28 réflexions sur “ 658 ”

  1. Normalement j’ai ouvert mon ordi pour écrire mon billet sur ce roman, et deux heures après ce n’est pas encore fait, je traine sur les blogs et autres. Ce matin j’ai lu le billet d’un blogueur qui n’a pas du tout aimé ce roman. Moi je ne le suis pas, il a des qualités, une bonne idée de départ, et à la fin on ne le lâche pas. Du classique, OK, mais plaisant.

    1. @ Keisha : exactement, du classique mais plaisant. J’ai lu le billet en question. Il est dur et un peu injuste : si on suivait ses arguments, on jetterait la moitié, voire les trois quarts des polars qui sont publiés…

  2. J’ai lu le même billet que Keisha, je ne sais plus de qui, mais il m’a vraiment convaincue de ne pas lire ce livre…

  3. J’avais réussi à passer chez Cathulu et voilà que tu reviens me titiller avec ce polar. Et que Keisha va s’y mettre aussi. J’vous cause plus tiens !

  4. Bon, j’aime beaucoup la controverse …!
    Mais là qui croire ?
    Et bien, je te fais confiance (comme d’habitude) et je le note.
    Il me semble que l’histoire soit assez prenante por m’intéresser.
    Merci !

  5. Bon pourquoi pas ? J’avoue que c’est le premier billet qui me fait de l’oeil à propos de ce roman, preuve que je ne dois pas être très au courant de l’actualité de mes blogs préférés en ce moment !

    1. @ Kathel : oui, les avis sont tranchés : il y a les « pour » et les » contre »… Plus qu’à se faire une idée tout seul, dans ce cas-là, n’est-ce pas? 😆

  6. Mouais, j’ai lu l’avis mitigé de Stephie et j’hésite encore. Je mets quand même une coche dans le camp des pour et peut-être que le billet de Keisha me fera définitivement changer d’avis (Keisha, au boulot ;-)). A voir donc…

  7. Mais c’est n’importe quoi! Oui, il est écrit mon billet, justement. mes origines normandes refont inconsciemment surface, d’ailleurs, mais ne pas se priver si on veut une lecture sympa!

  8. J’ai la sensation qu’il plait bien quand on est peu fan de polars et thrillers ! Je l’ai quand même noté, même si j’ai un peu peur de le trouver assez banal (mais si cela se lit facilement, j’y trouverai quand même un intérêt !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s