Le tueur à la cravate

Ruth et sa petite sœur Bethsabée vivent seules avec leur père, Martin Cassel. Leur mère, Marie-Eve, est morte quelques années auparavant. Et vingt ans plus tôt, c’est la sœur jumelle de leur mère – Eve-Marie – qui a été assassinée. Lourd héritage pour une seule famille… Parce que son père ne parle jamais du passé, Ruth cherche à en savoir plus par des moyens détournés. Elle met en ligne, sur le site perdu-de-vue.com la photo de classe de terminale où figurent sa mère, sa tante mais aussi son père.

Pour elle, au début, tout cela n’est qu’un jeu mais très vite la voilà prise dans un engrenage inquiétant. Son grand-père, qu’elle ne connait pas, est persuadé que c’est Martin qui a tué Eve-Marie. D’autres personnes, qui se manifestent, grâce à la photo de classe, parlent d’un Tueur à la cravate. Bientôt, c’est une ancienne camarade d’école de Martin et des sœurs qui disparait… et là, ça ne ressemble plus du tout à un jeu. Surtout pour la police car tout accuse Martin… Mais Ruth ne peut pas croire que son père soit un meurtrier…

Ce polar pour adolescents, publié par L’école des Loisirs aborde le thème très contemporain des réseaux sociaux et de leurs effets bénéfiques mais aussi pervers. Il traite également des relations familiales, les conflits entre générations, la difficulté à parler, à SE parler. Bien écrit, bien construit et crédible de bout en bout, il est idéal pour un après-midi pluie +thé ou bien transat + citronnade… Pour ceux que la démarche créatrice intéressent, Marie-Aude Murail a tenu, tout le temps de l’élaboration de ce polar, un journal qui est publié à la suite du roman. Il permet de comprendre comment une histoire s’élabore : les pistes, les influences, les moments de doute, les creux où l’on a l’impression de ne rien faire mais où la tête « travaille » malgré tout, les choix qu’il faut opérer… C’est extrêmement intéressant. Surtout quand, ensuite, on a le résultat sous les yeux!

L’avis de Sandrine qui m’a donné envie de lire ce roman. Comment dit-on déjà? Démoniaque tentatrice? 😉

Le tueur à la cravate, Marie-Aude Murail, l’Ecole des loisirs, 11€50

14 réflexions sur “ Le tueur à la cravate ”

  1. Je vois que Marie Aude Murail continue à écrire des polars pour ados! Mais elle a abandonné (la traître!)son séduisant professeur spécialiste de la civilisation étrusque, Nils Hazard. J’espère qu’il y autant d’humour dans Le Tueur à la cravate que dans La dame qui tue!

    1. @ David : très actuel oui et pourtant, on découvre dans le journal, à la fin, que l’auteure s’est lancée là-dedans sans savoir grand-chose au départ… Elle a très vite assimilé! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s