Des gens bien

Tom et Anna Reed habitent un quartier tranquille de Chicago. Pour des raisons financières, ils louent à un homme seul le rez-de-chaussée de leur maison. Ils mènent une vie normale, sont plutôt à l’aise et tout irait pour le mieux s’ils parvenaient à avoir un enfant. Un jour, un incendie se déclare dans l’appartement loué. Comme le locataire n’intervient pas, ils décident d’entrer chez lui. Ils font deux découvertes : l’homme est mort et dans ses provisions sont cachés 370 000 dollars en belles liasses de billets verts…

Irrésistiblement tentés par cette somme d’argent, ils appellent la police mais ne parlent pas de leur trouvaille. Dès lors, les voilà pris dans un terrible engrenage. Leur locataire était un malfrat recherché par la police, par ses anciens complices qu’il avait trahis et par un dealer. Tom et Anna ayant désormais l’argent, ils ont aussi les problèmes qui vont avec et notamment des hommes prêts à tout pour récupérer leur « bien » et se venger…

Un bon petit thriller qui se lit facilement et avec plaisir. L’histoire imaginée par l’auteur fonctionne car on pourrait tous se trouver un jour confrontés à ce dilemme face à un sac rempli de billets : le prendre ou non? La morale de l’histoire montre qu’il vaut mieux y réfléchir à deux fois avant de répondre…

L’avis de Sandrine et de Joelle

Des gens bien, Marcus Sakey, Pocket

20 réflexions sur « Des gens bien »

    1. @ Clara : bien, bien et polar. C’est curieux, les catégories n’apparaissent plus avec ce thème là… Tant pis… Il faudra lire tous les billets pour se faire une idée! 😉

  1. J’avais beaucoup aimé le rythme de ce thriller et bien sûr, on ne peut s’empêcher de se demander comment on aurait soi-même réagi devant ce fric 😉

  2. Ca fait penser à La chambre des morts de Franck Thilliez, piquer les sous qu’on trouve par hasard et qui ont rapport avec un autre crime (la comparaison s’arrête là).

  3. Waouuuh quel débit dans les propositions de lecture!!!! Comment faire pour suivre?
    Mes tranches de lecture (cad, en gros, le soir avant dodo) peuvent rétrécir furieusement rapport à un état de fatigue complètement proportionnel à la qualité du sommeil de ma (chère, néanmoins) progéniture…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s