Le poisson mouillé

Késako? allez-vous me demander. Une nouvelle spécialité de Douarnenez? Une page du Kama-Sutra particulièrement scabreuse? Non, vous n’y êtes pas du tout… C’est le titre d’un polar, de Volker Kutscher, le premier d’une série avec Gereon Rath, commissaire à Berlin dans les années 30… Eh oui, assez parlé de ma vie, je reviens aux livres.

Dans cette première histoire, le jeune Gereon, fils et frère de flics, est muté à Berlin, à la brigade des Mœurs, après une affaire qui a mal tourné dans sa ville d’origine, Cologne. Il espère y faire ses preuves pour accéder ensuite à la brigade criminelle, la seule qui ait un interêt à ses yeux. Dans le Berlin de l’après-guerre, en pleine ébullition politique et où se répand un certain libertinage, le travail ne manque pas pour les flics : manifestations des communistes que le pouvoir ordonne de sévèrement réprimer, afflux de réfugiés russes, expansion des mafias qui gèrent de sulfureux night-clubs clandestins… Un jour, un cadavre mutilé est repêché dans le canal au volant d’une voiture volée. Personne ne connait son identité, sauf Gereon qui l’a aperçu quelques jours avant sa mort. Faute d’indices suffisamment parlants, l’affaire risque de rejoindre les dossiers des affaires classées non élucidées appelées « poissons mouillés » (voilà, vous l’avez votre explication…).

Le commissaire Rath voit là la chance de sa vie : résoudre seul, et en secret, une enquête sur laquelle la brigade entière se casse les dents… Mais plus Rath cherche à comprendre et plus il s’enfonce… Trahison, meurtre, manipulation : rien n’arrête son ambition. A un moment ou à un autre, on se dit qu’il va s’en mordre les doigts…

Après avoir lu les aventures de Bernie Gunther dans les livres de Philip Kerr, je me faisais une joie de retrouver l’Allemagne des années 30 – euh, je me rends compte que ma formulation laisse à désirer… Je veux dire par là que c’est une époque riche historiquement et qui forme une toile de fond intéressante pour les romans… N’allez rien déduire d’autre! Le fascisme ne passera pas par moi (même si en ce moment, l’Europe entière lui flatte l’échine)… Mais je n’ai pas apprécié la compagnie de Gereon Rath. J’ai trouvé le personnage sans grande profondeur. Les problèmes familiaux sont à peine évoqués et pourtant, on aimerait en savoir davantage sur ce père intraitable, ce frère mort et cet autre qui a préféré traverser l’Atlantique pour mettre le maximum de distance entre lui et sa famille. Sans doute cela viendra-t-il dans les romans suivants… D’accord mais il n’en demeure pas moins que Rath ne m’a pas semblé très sympathique. Il a tout du jeune loup aux dents acérées mais sans la fourrure pour compenser. Quant à l’intrigue, je l’ai trouvée poussive. Cinq cent soixante cinq pages en tout… c’est long et l’action ne commence à prendre sa vitesse de croisière que dans le dernier tiers… Les ficelles sont parfois blanche et bien visibles sur cette toile de fond brune… La seule qui tire son épingle du jeu, c’est Charly, la jeune secrétaire amoureuse de Géreon. Piquante, tenace et fière, elle campe un beau personnage féminin…

Bref, une rencontre semi-ratée et qui ne me donne pas envie de suivre les aventures de ce commissaire-là. Je préfère Bernie. Définitivement…

L’avis de Keisha, Saxaoul et Richard qui ont, tous les trois, été plutôt emballés… Et Aifelle aussi!

Le poisson mouillé, Volker Kutscher, Seuil Policiers, 21€50

12 réflexions sur « Le poisson mouillé »

  1. J’avais aimé aussi ce roman, même si Géreon m’avait aussi bien énervée. Contrairement à toi, je me sens prête à lire la suite, mais j’ai aussi la trilogie berlinoise sur ma LAL.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s