La mort, entre autres

Bernie’s back!

Je vous parlais la semaine dernière de Bernie, le détective privé plein d’humour de la Trilogie Berlinoise, écrite par Philip Kerr. La mort entre autres raconte une quatrième aventure de ce personnage si attachant.

Nous sommes en 1949, à Munich. Bernie gère, tant bien que mal, l’hôtel dont sa femme a hérité. Cette dernière, gravement malade, est hospitalisé et finit par mourir dans des circonstances étranges. Bernie n’a donc plus aucune raison de rester dans ce lieu désert, trop près de Dachau. Il met l’hôtel en vente et ouvre un nouveau cabinet de détective privé. Bientôt, il est chargé de quelques affaires, qui consistent, pour la plupart à retrouver des nazis en fuite ou bien disparus. C’est du moins ce que prétend l’une de ses clientes, Frau Warzok, qui, avec ses beaux yeux et sa silhouette de nymphe, finit par entraîner notre privé dans une affaire plus que louche où il laissera quelques bleus et deux phalanges de son auriculaire…

Soigné puis recueilli par un sympathique médecin, Bernie croit qu’il va pouvoir reprendre des forces et peut-être une vie normale, même si sa conscience est toujours rongée par la culpabilité dûe à son passage dans les SS. Mais le privé, affaibli et l’esprit embrumé, est en réalité tombé aux mains de manipulateurs sans scrupules qui n’hésiteront pas à jouer avec sa vie… Bernie va découvrir que rien de ce qui est arrivé depuis la mort de sa femme n’est dû au hasard… Dans l’ombre, les nazis continuent à tirer les ficelles…

Dans le contexte de la dénazification de l’Allemagne, cette histoire, aussi passionnante – et peut-être même plus… – que les trois précédentes tient le lecteur en haleine de bout en bout. Le contexte historique est toujours aussi bien rendu et joue un vrai rôle dans cette fiction qui mêle suspens psychologique et rebondissements. Et vous vous en doutez, malgré les épreuves traversées, Bernie ne perd jamais cet humour qui lui sert de carte de visite. Du moins chez ses lecteurs…

La mort entre autres, Philip Kerr, Editions du Masque.

18 réflexions sur “ La mort, entre autres ”

  1. Bonjour à toi,

    Je suis content que tu aies apprécié ce 4e roman. Quand je l’ai commencé, j’avais peur à la lassitude … Mais non !
    Toujours aussi bon.
    Et j’aime toujours autant ce magnifique personnage !!!
    Bonne fin de semaine

    1. @ Richard : tu as raison, aucun effet de lassitude, bien au contraire, je l’ai trouvé palpitant et l’histoire très originale… Dans un autre style, Bernie est aussi attachant que Charitos, non?Bon week-end, Richard, comme disent les Français! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s