Don’t say goodbye, juste leave…

Voilà ce que j’ai parfois envie de dire à l’année qui se termine. Qu’on enlève au plus vite ces guirlandes qui scintillent dans les flaques… Que cesse la frénésie des achats… Que les couples endimanchés arrêtent de tourner sur la piste… Enlevez-moi ces cotillons, cette fausse barbe et tous ces anneaux de bolduc emmêlés. Pour que le printemps revienne plus vite. Avec les hirondelles et les cerises.

Cette année, je ne veux pas de livres au pied du sapin. Ni même de musique. Je veux des bottes de sept lieues pour aller voir ailleurs si j’y suis. J’ai rayé de mon vocabulaire les mots neige, froid, manteau et, d’un souffle puissant, j’inverse le vent du nord qui fait friser la mer comme un mouton blanc. Je veux descendre sur la plage de sable et d’or et me baigner dans l’eau calme du matin. Je veux pouvoir rester la nuit sur la passerelle à regarder les étoiles et les balises du port qui clignotent pour les bateaux et le sommeil paisible des enfants. Je veux que l’année dure six mois, d’avril à septembre et qu’après, ça recommence. Un seul trimestre d’école, entre lilas et pommes. Je veux sentir les bourgeons grandir sous mes doigts, suivre le nuevo tango des étourneaux et m’allonger dans l’herbe élastique des dunes.

Qu’on délocalise l’hiver et qu’on garde les hommes.

Don’t say goodbye, juste leave…

(un petit texte inspiré par le morceau du même nom, par Johnny Griffin et Steve Grossman)

24 réflexions sur “ Don’t say goodbye, juste leave… ”

  1. j’ai l’envie de ne garder que les bons souvenirs. Enterrer, enfouir profond les mauvais. Si profonds qu’on ne pourra jamais les trouver. Et regarder le ciel en me disant que l’avenir c’est demain et que demain ne peut être que meilleur . Y croire, me bercer de mes artifices d’utopiste. Parce que c’est bon de rêver … et parce que j’ai besoin d’avoir la tête dans les étoiles.

  2. Quel joli billet !
    Pour ce qui est de l’hiver, moi il ne me déplait pas cet hiver-ci. Au moins il ressemble à un vrai hiver ! Et si nous avons à suivre,un vrai été, je serai comblée.

  3. Un petit nuage mélancolique s’invite dans tes pensées et dans ta vie au moment où le monde s’affole et court dans tous les sens pour être à l’heure du sapin, des boules et des cadeaux.
    Dépose des miettes pour ton petit rouge-gorge et bois un vin chaud parfumé à la cannelle… La chaleur reviendra.
    Ton billet est magnifique de rage, de douceur et d’espérance.

  4. Ben l’hiver dernier on a eu du froid aussi, mais pas d’été … alors j’ai des doutes. J’aimerais l’hiver si j’étais en vacances à la montagne, prise en charge à 100 %, cocoonée et que çà ne dure pas trop longtemps !

  5. quel beau caprice, mais le printemps ne serait rien sans la mauvaise saison.. j’aime l’hiver, la nature et les hommes en hiver .. les choses ne sont bonnes qu’éphémères..indigestion de corps nus et de ciels bleus en été..l’hiver, longs deshabillages en perspective devant la cheminée quand le vent souffle au dehors ;o)

  6. pour le côté commercial, on est bien d’accord… les marronniers aux journaux télévisés, les pubs à n’en plus finir. pour le froid, eh bien, moi j’aime bien l’hiver. grâce à lui j’apprécie d’autant plus l’été! 😉

  7. …Un pis aller….dans une semaine, le jour s’allonge! Bonnes fêtes (quand même).
    Louis, qui vient d’ajouter skriban dans ses flux.

  8. Oh oui que cette frénésie inutile autour de Noel cesse enfin ! Que le printemps arrive pour qu’on puisse lire à l’ombre des cerisiers en fleur et que le soleil soit là lui aussi…!
    Bonnes vacances à toi Gwen !

  9. Et si tu créais un groupe Facebook « Fuck the winter ! » 😉 Personnellement, je n’aime pas cette saison, trop triste à mon goût mais le mois de décembre est particulier. Le sapin, les sablés, les chocolats, les petits cadeaux que je prépare de mes petites mimines, mes deux puces qui retombent en enfance et rédigent une immense lettre au Père Noël qu’elles placardent sur la porte de leur toilette (!?), les virées en ville avec ma meilleure amie pour regarder les illuminations, passer à L’Imagerie regarder une belle expo et finir par acheter un Rubik’s cube à Ma Moitié au marché de Noël solidaire.J’ai décidé de passer outre l’aspect commercial et ne garder que le plaisir de partager de jolis moments avec les personnes que j’apprécie.
    PS : en plus, ma Mamounette m’a acheté une superbe veste en cuir pour la Noël, ce serait cruel de bouder mon bonheur 😉

    1. @ Armande : « fuck » ne fait pas partie de mon vocabulaire, chère amie! 😉 Je ne déteste pas l’hiver mais là, je ne sais pas pourquoi, un ras-le-bol… Le problème, c’est que le « commercial » mange les symboles comme si c’étaient de petits bonhommes en pain d’épices… Bon, je veux voir la veste! Peut-être que si tu me prêtes ta Mamounette à Noël prochain, j’y prendrai goût! 😉

  10. Un beau texte intemporel puisque l’hiver approche à la même période (ou presque) tous les ans et tous les ans je me dis « je devrais me barrer dans les îles au moins j’aurais chaud ». Pitié pitié que cette hiver ne soit pas aussi loooong que l’année dernière sinon je vais t’emprunter tes bottes de 7 lieues et je les emmène à la Réunion…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s