Fugue

Le jour de la rentrée, la jeune Madeleine fait une fugue. Sa mère, catastrophée court à sa recherche et perd la voix à force de l’appeler. Ce bouleversement intérieur ne fait que traduire l’état de doute profond dans lequel se trouve Clothilde : ses quatre enfants ont grandi, son mari est souvent absent (il est pilote de ligne) et elle, elle ne sait plus trop comment se situer dans cette famille dont elle était jusqu’alors la pierre angulaire. Alors que tout le monde s’attend à ce qu’elle fasse son possible pour retrouver sa voix, Clothilde prend une autre direction : elle décide d’apprendre à chanter. Car dans le chant, sa voix revient… Autour d’elle, c’est une totale incompréhension mêlée d’agacement qui domine : son mari, son père, sa meilleure amie semblent tous lui en vouloir de ne plus « fonctionner » comme avant, de refuser la case qui lui avait été attribuée dans l’échiquier…

Après avoir lu des avis très positifs, j’avais très envie de lire ce roman. J’avoue avoir été déçue. Le prétexte de la voix perdue parait superflu : toute femme, aux abords de la quarantaine, se pose des questions sur elle, la maternité, l’amour, sa manière d’être femme. Et si cette femme a jusqu’alors été cantonnée dans le rôle d’amante et de mère, ce questionnement est d’autant plus normal puisqu’elle n’a encore pas vécu « pour elle »… Le début du roman intrigue le lecteur et c’est avec plaisir qu’on suit un peu Clothilde dans son quotidien. Mais à partir du moment où elle se lance dans les cours de chant, la lecture devient fastidieuse. On a l’impression de faire du sur-place. Les personnages secondaires sont à peine esquissés. Le temps accélère ou ralentit de manière capricieuse, laissant une impression de bâclé : quelques heures peuvent s’écouler en vingt pages et puis le temps d’un paragraphe, on saute deux saisons… Enfin, le versant psychologique n’est qu’effleuré. On reste sur sa faim… On ne comprend ni pourquoi elle a perdu sa voix ni pourquoi elle ne veut pas la retrouver. Quant à la fin, elle est attendue : bien évidemment, Clothilde se remet à parler…

J’ai noté beaucoup d’inexactitudes en ce qui concerne le pilotage : stimulateurs de vol au lieu de simulateurs (!), confusion entre « appareils » et « instruments »… Enfin, méconnaissance ou choix délibéré : vu ce que gagne un pilote de ligne, il est très rare que sa femme fasse le ménage… Elle a quelqu’un pour ça! Ces imprécisions et confusions rendent le roman décidément peu crédible. Mr Athilaire, le père, avec son moulin, son violoncelle et ses « pique-nique parties » fait complètement fabriqué de toutes pièces. Alix, la meilleure amie, reste un mystère incompréhensible, autant dans son silence que dans sa réconciliation… Enfin, le personnage de Clothilde, s’il est parfois attachant, ne nous touche pas vraiment. Son silence finit par faire carapace, même pour le lecteur… Elle est juste une femme comme une autre, qui a du mal avec le virage de la quarantaine…

Fugue, Anne Delaflotte Mehdevi, Gaïa Editions, 21€

Merci à Clara qui m’a prêté ce livre. D’autres avis : Cynthia, Aifelle et Saxaoul

 

16 réflexions sur “ Fugue ”

    1. @ Kathel : c’est vrai que quand on a lu des billets élogieux, on attend quelque chose de fabuleux et … la chute est d’autant plus dure! Là, au moins, tu as déjà le parachute de secours! 🙂

  1. Je comprends tout-à-fait tes réserves, je sauve la partie chant qui m’a intéressée, mais l’aspect sentimental est très faible. C’était déjà le défaut du premier roman « la relieuse du gué ».

    1. @ Aifelle : coucou! Tu es revenue? Pour Fugue, on dirait que les personnages restent théoriques, l’auteur n’arrive pas, je trouve, à les incarner vraiment. Dommage…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s