Rosa Candida

Le jeune Arnljotur – que son père appelle affectueusement Lobbi – a décidé de quitter sa famille et l’Islande pour se rendre dans un monastère, dans un pays du sud de l’Europe, pour y planter une variété de roses très particulière, des roses à huit pétales, qu’on appelle Rosa Candida. Il laisse derrière lui son père, son frère jumeau, autiste et tous les souvenirs de sa mère, qui est morte récemment et tragiquement, dans un accident de voiture. Il laisse aussi Anna, une jeune fille avec qui il a passé une demi-nuit… Ces quelques heures de plaisir ont donné naissance à une petite fille, Flora Sol qu’Arnljotur connait à peine…

A la suite d’un voyage étonnant et riche en rencontres, il parvient dans ce petit village où est niché le monastère. Il découvre les moines et parmi eux frère Thomas, grand cinéphile. Il découvre aussi le village et ses habitants, le patois local… Le jeune Lobbi se pose beaucoup de questions sur lui, son avenir, le sexe, la mort. Tendre et naïf, il s’efforce de trouver une direction à donner à sa vie. Bientôt, Anna et Flora Sol le rejoignent… Peu à peu, Arnljotur grandit, mûrit et se révèle à lui-même et aux autres…

Un roman dont le foisonnement pourrait se comparer à un jardin anglais. On s’y promène avec le héros, on musarde en sa compagnie, on sourit de ses questions, de ses hésitations. Sorte de road-movie  tout en fraîcheur et en simplicité, ce livre conquiert immédiatement son lecteur. Le personnage, un peu décalé, ne ressemble à aucun autre. L’histoire est à la fois étrange et évidente. Il en ressort une grande humanité et un parfum léger de Rosa Candida qu’on voudrait humer encore plus longtemps…

Une fois encore, la littérature étrangère semble bien pétillante et originale par rapport à la production française de cette rentrée, toute en dépressions…

Rosa Candida, Audur Ava Olafsdottir, Zulma

34 réflexions sur “ Rosa Candida ”

  1. Voilà un livre qui devrait me plaire, surtout que je me morfonds à la maison ! Congés forcés jusqu’aux vacances de la Toussaint et plus si une opération se profile à l’horizon…

    1. @ Constance : ben c’est ça… La France, en ce moment, moins je la vois… mieux je me porte. Et comme chacun sait, la Bretagne, ça n’est pas tout à fait la France! 😉 Avantage Gwen Ha Du!

    1. @ Manu : Je ne sais pas si tu as lu Là haut, tout est calme de Gerbrand Bakker. Il n’a rien en commun avec Rosa Candida si ce n’est cette manière qu’a l’auteur d’emmener le lecteur, en quelques lignes, au cœur de son histoire, sans artifices, sans effets de manche, simplement en touchant à ce que l’humain a de plus secret et de plus beau en lui…

  2. Je vois que tu rejoins le club des (plus ou moins) déçu(e)s de la littérature française? j’aime bien les romans foisonnants et pas cartésiens. Tu as vu que j’ai mis en livre voyageur « Le pays de la cannelle » de William Ospina; c’est un genre de roman un peu délirant pas du tout « français ». Il plaît ou il ne plaît pas! Les avis ne sont pas mitigés mais au contraire très tranchés d’après les commentaires que j’ai lus. Moi, il me plaît beaucoup.

    1. @ ClaudiaLucia : déçue par une partie de la littérature française… on trouve de belles choses quand même! Le pays de la cannelle, je compte bien te le demander un de ces jours mais pour le moment, j’ai réservé pas mal de nouveautés à la médiathèque, j’ai un livre de Dialogues, d’autres prêtés donc j’attends un peu sinon je vais bloquer tout le monde! Bonne soirée, Claudia Lucia!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s