Les fiancées du Pacifique

« En 1946, nous dit la quatrième de couverture, quelques six cent cinquante cinq épouses de guerre australiennes embarquèrent pour un voyage exceptionnel » : traverser les mers pour rejoindre leurs époux britanniques à Plymouth, à bord du Victorious, un porte-avion!

Voilà une lecture orginiale et fort divertissante que je dois à Armande, qui m’a offert ce livre, lors d’un swap. L’histoire suit plus particulièrement quatre jeunes femmes. La première, Jean, jeune et immature, a pour habitude de se lancer bille en tête. La seconde, Avice, issue de la bourgeoisie australienne, « desperate housewife » avant l’heure, rêve d’une vie en technicolor avec son mari Ian. La troisième, Margaret, dont le père est fermier, est enceinte. D’un tempérament joyeux et fonceur, elle s’entend bien aussi bien avec les marins qu’avec ses congénères. La dernière, Frances, silencieuse et énigmatique, est infirmière.

Cette croisière n’amuse pas tout le monde, et surtout pas le commandant du bateau, Highfield, traumatisé par la mort d’un proche et la perte de son précédent navire. Il met en place, à bord, des règles strictes afin qu’hommes et femmes ne se mélangent pas. Il faut à tout prix éviter les incidents… Pourtant des incidents, il y en aura. De l’épouse débarquée en cours de route parce qu’elle est devenue non grata à la rixe dans les coursives surchauffées, en passant par l’incendie et le concours de « Miss Victoria », les péripéties sont nombreuses et elles révèlent, peu à peu, les portraits tout en contrastes des différents protagonistes…

Dans une société encore profondément patriarcale, parmi des marins tendance « gros muscles et calendrier de pin-up », ce « lâcher d’épouses » met en lumière les préjugés et les modèles à l’œuvre dans la société d’alors. Mais il est aussi, pour beaucoup, le symbole d’un nouveau départ et d’une nouvelle vie qui commence.

Une histoire qui se lit toute seule et un bon moment de divertissement, avec en guise de cerise sur le gâteau, un happy end en forme de cœur…

Les fiancées du Pacifique, Jojo Moyes, Le livre de poche, 7€50

12 réflexions sur « Les fiancées du Pacifique »

  1. J’ai trouvé que l’essai était transformé : partir d’un événement historique et inventer un « feuilleton » auquel le lecteur adhère. Les portraits des quatre protagonistes sont particulièrement réussis . J’ai un petit faible pour la fille de la campagne…

    1. @ Mango : comme le dit Armande avec un vocabulaire très sportif « l’essai est transformé »… la sauce prend, le lecteur entre dans l’histoire sans difficulté et suit avec plaisir les aventures des donzelles…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s