Perfect Match/Pour que justice soit faite

Jodi Picoult, née en 1967 aux Etats-Unis, a publié son premier livre en 1992. Auteur réputée dans les pays anglo-saxons, elle n’est pas très connue en France, où seuls quelques-uns de ses livres ont été traduits. J’avais très envie de découvrir son travail. J’ai choisi Perfect Match, en VO, qui existe aussi en version française, aux Presses de la cité, sous le titre Pour que justice soit faite.

A travers l’histoire de la famille Frost, Jodi Picoult aborde le thème riche et vaste de la Justice. Nina Frost est, en effet, assistante de ce qu’on nomme aux E.U un District Attorney, une fonction comparable à celle de procureur en France. Persuadée d’être du bon côté de la barrière, elle met toute son énergie au service de son travail, punit les criminels et protège les victimes. Or, un matin, Nina et son mari Caleb découvrent que leur fils, Nathaniel, ne parle plus. Pensant d’abord à un problème physique, ils courent chez le médecin qui, faute de déceler quoi que ce soit, les adresse alors à un psy. Très vite, les parents comprennent que leur fils a subi des violences sexuelles et ne veulent plus qu’une chose : connaître l’identité du violeur pour que justice soit faite et leur fils protégé de toute nouvelle tentative. Mais l’enfant refuse de dire quoi que ce soit. Peu à peu, il accepte néanmoins de communiquer par le langage des signes.

Chez Nina, cette révélation provoque un réveil brutal. Elle sait comment fonctionne la justice américaine, puiqu’elle en est un des rouages. Dans ce genre d’affaire, il est fréquent que le violeur s’en sorte sans être inquiété. Dès lors, la seule solution possible s’impose à la jeune femme : faire justice elle-même.

Perfect Match, c’est d’abord du rythme. A peine lus les premiers mots, le lecteur est captivé par l’histoire. Pas de temps morts et de nombreux rebondissements qui viennent, à point, redonner du dynamisme au récit. Ce sont ensuite des personnages, tous en demi-teintes, attachants, forts et fragiles, agaçants parfois, profondément humains. L’auteur excelle à leur donner corps et l’on se dit qu’on pourrait les croiser dans la rue, tant ils semblent palpables. Des gens normaux dont la vie normale est brutalement bouleversée par un événement qu’on croit toujours réservé aux autres…

Perfect Match est un excellent roman qui allie finesse psychologique et profonde réflexion sur la justice, concrètement et théoriquement. C’est aussi, et surtout, le superbe portrait d’une mère prête à tout sacrifier pour son enfant.

Perfect Match, Jodi Picoult.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s