La collecte des monstres

Un premier aperçu du style d’Emmanuelle Urien dans Court, noir et sans sucre m’a donné envie de poursuivre ma découverte. Aussi, quand Clara a proposé de faire voyager ce recueil de nouvelles, je n’ai pas pu dire non! Dans La collecte des monstres, on retrouve cette écriture incisive qui n’a pas son pareil pour faire ressortir les traits noirs de notre société. De l’assoiffée d’amour ou de célébrité au fils qui se débarrasse de sa mère, en passant par les cases maladie, racisme ou obsession, c’est effectivement une revue de « monstres » que nous propose l’auteur, de ces monstres que crée la société moderne sans même le savoir… Plaies à vif et petites lâchetés invisibles, tragédies minuscules, drames inaperçus, Emmanuelle Urien, à la manière d’un photographe, puise son inspiration dans ces scènes quotidiennes qui recèlent beaucoup, pour peu qu’on s’arrête un peu pour prendre le temps de les regarder. Néanmoins, parce que j’ai trouvé moins de force à ces histoires qu’à celles du premier recueil, je recommande à ceux et celles qui ne connaîtraient pas (encore) cet auteur de commencer par celui-ci pour lire ensuite Court, noir et sans sucre, qui porte vraiment bien son titre!

Merci à Dame Clara pour ce prêt. Il part dans la minute chez Dame Keisha

La collecte des monstres, Emmanuelle Urien, Gallimard, 13€50

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s