Taxi

Taxi, de Khaled Al Khamissi, est un des dix livres sélectionnés pour le prix du Télégramme. A mi-chemin entre Naguib Mahfouz et les histoires farfelues de Nasredine Hodja, il regroupe cinquante-huit conversations avec des chauffeurs de taxi du Caire. Le procédé est original et le résultat tout à fait convaincant.

Au fil des dialogues, l’auteur dresse un portrait de l’Egypte contemporaine (plus précisément de la période 2005/2006) avec ses grands maux et ses petits remèdes. C’est la voix d’un peuple qui s’exprime par la bouche des chauffeurs de taxi, pestant contre le coût de la vie, la difficile éducation des enfants, regimbant contre les tracasseries administratives et les innovations politiques qui ne mènent à rien. Politique, religion, argent, amour, beaucoup de thèmes sont abordés, plus ou moins légèrement.

Portrait en filigrane d’un pays où la corruption gangrène tout, où le système politique paraît totalement verrouillé et où les humiliations pleuvent sur une population qui ne peut que subir les ravages du capitalisme, Taxi est à la fois un recueil d’histoires et un manifeste politique. Comment, en effet, après avoir lu ce livre, ne pas vouloir tout faire pour que les choses bougent enfin? Ce n’est pas un hasard si ce recueil est rapidement devenu, après sa publication, un best-seller… J’ai bien aimé la narration, typiquement orientale même si je dois avouer que la répétition de certains thèmes m’a parfois lassée.

Extrait :

La différence entre nous et eux, ce n’est pas la démocratie. Parce que la démocratie, elle n’existe que dans les livres, chez eux comme chez nous. La différence, c’est le droit. Ils ont un droit qui est appliqué et nous, non. C’est ça la différence. Chez eux, on ne pourrait pas dire que le groupe des Frères Musulmans est interdit et les avoir comme seuls opposants face au parti au pouvoir. Là-bas, interdit veut dire interdit, alors qu’ici, on peut être interdit et continuer tranquillement son chemin. D’ailleurs cela ne concerne pas seulement les Frères, ça nous concerne tous. On peut tous être arrêtés, conformément à la loi. J’ai bien dit « tous ».

Taxi, Khaled Al Khamissi, Actes Sud, 18€80

L’avis moins enthousiaste de Clara

6 réflexions sur “ Taxi ”

  1. j’ai beaucoup aimé ce livre que j’ai lu en rentrant d’Égypte. Je viens de lire l’avis de Clara et ne souscris pas du tout à sa déception. Si elle décèle de l’amertume c’est que le quotidien n’est pas facile. J’aurais voulu être égyptien d’A El Aswanny est autrement plus noir et désespéré

  2. Que voilà une manière originale de parler de cette société égyptienne. A lire avec des lunettes rétrospectives, depuis la révolution de février 2011…

  3. en cours de lecture, presque à la fin en fait. je le trouve très sympathique comme livre. les histoires se picorent, forment un ensemble et en même temps c’est presque un recueil de conversations dont chacune est indépendante de l’autre.
    pour réagir au commentaire d’Anne : l’histoire a eu quelques soubresauts depuis, mais au final Taxi ne les a-t-il pas prévu avec une certaine lucidité, dévoilant le ras-le-bol d’un peuple face à la dictature et au système économique injuste ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s