Itinéraire d’enfance

Dans cette semaine consacrée à la littérature pour « ados », il m’a semblé intéressant d’inclure un billet sur une adolescence « ailleurs ». Il ne s’agit pas spécifiquement d’un livre destiné aux 13-18 ans – bien que je leur en recommande chaudement la lecture! – mais l’âge de l’héroïne d’Itinéraire d’enfance, ainsi que les péripéties qu’elle traverse, permettent une mise en parallèle avec les adolescents d’ici et d’aujourd’hui et éclairent ces années d’une lumière différente. Si l’adolescence est vécue, en Occident, comme un âge « ingrat », qu’il convient de passer au plus vite, ce roman montre qu’elle est aussi une époque de transition entre l’enfance et l’âge adulte. Quelques années seulement, où les expériences se révèlent déterminantes, les rencontres capitales, les choix décisifs…

Dans le Vietnam des années 50, à la suite d’une injustice, Bê, jeune fille de treize ans, est exclue de son école et contrainte de prendre la route pour aller retrouver son père, responsable d’une garnison à la frontière du pays. Accompagnée de sa meilleure amie, la fillette va faire, en chemin, la connaissance de plusieurs personnes, tantôt bonnes, tantôt mauvaises et s’initier ainsi peu à peu à la vie, à ses beautés, à ses dangers. C’est un véritable roman d’initiation, empreint d’une grande humanité, pétri aussi par une culture orientale qui ne fait pas de l’homme le centre de l’univers… Là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté… Ces vers me sont venus à l’esprit quand j’ai refermé ce livre que j’ai lu presque d’une traite… Je vais essayer de vous expliquer pourquoi…

Ordre : L’écriture de Duong Thu Huong est d’une grande clarté. Son style fluide laisse couler aussi bien les mots que l’histoire, dans un beau mélange d’odeurs, de couleurs et d’émotions. La construction rigoureuse du récit n’apparaît pourtant pas aux yeux du lecteur, tout entier captivé par l’histoire de la petite Bê. Et pourtant il se déroule, implacable, alternant descriptions et péripéties, moments de joie ou de peine, à l’image même de la vie de l’enfant.

Beauté : Elle s’exprime d’abord par les paysages. Flamboyants en fleurs, herbe verte des chemins, pluie comme une cascade argentée, rondeurs des collines… Les contrastes de couleurs, les effets du soleil et de l’eau, la limpidité d’une rivière. Tout y est admirablement décrit, sans que jamais cela devienne lourd ou envahissant. La nature, la ville forment les décors où Bê et son amie évoluent, influant sur leurs humeurs et leurs actions. La beauté s’exprime également par certains personnages dont la bonté et la douceur rayonnent tout au long du livre. La mère de Bê, son maître d’école, ce vieil homme rencontré dans la montagne, le soldat, le médecin : tous jouent un rôle très important dans ce roman de formation qui raconte l’évolution d’une petite gamine de 13 ans qui découvre le monde. Enfin la beauté, c’est aussi tout simplement cette histoire, véritable hymne à la vie!

Luxe : C’est un luxe bien différent de celui de nos sociétés modernes. L’auteur excelle par exemple à décrire les mets préparés par les uns et les autres, une cuisine simple et roborative qui flatte le palais des personnages mais aussi celui du lecteur! Soudain, on prend conscience de ce plaisir sain : manger quand on a bien faim! Le luxe, c’est aussi l’épaisse veste de coton ouaté qui permet de garder la chaleur du corps, le poêle dans la cuisine, quand le crépuscule noie la maison de brouillard. Le luxe, c’est la main qui se tend quand l’enfant croyait que tout était perdu…

Calme : Il émane de l’ensemble de cette histoire une véritable sérénité car l’auteur ne joue jamais sur un suspens créé de toutes pièces. Ce qui m’a étonnée, c’est le calme relatif avec lequel les adultes prennent ce départ. Si la mère de Bê est inquiète, elle imagine que les événements ont poussé sa fille à aller chercher refuge chez des parents. Le fait qu’elle ait pris la route ne la perturbe pas plus que cela. Une forme de confiance est accordée aux enfants et surtout, ce genre d’aventure fait partie de la vie. Les gens rencontrés en chemin forment tout autant les jeunes filles que leurs propres parents. Chaque expérience est emmagasinée, telle un précieux grain de riz et toutes ne prennent leur sens qu’une fois le périple achevé.

Volupté : Volupté de la lecture, tout simplement. De se laisser emporter par un récit captivant, dans un pays méconnu, à une époque révolue. Volupté de s’abandonner, de s’immerger dans une belle histoire. Volupté de lire (enfin!) un bon livre!

En bref, vous l’avez compris,  une lecture extrêmement enrichissante , qui rassasie l’esprit et les sens, que je vous recommande!

Itinéraire d’enfance, Duong Thu Huong, Sabine Wespieser Editeur, 24€

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s